Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 janvier 2016 7 31 /01 /janvier /2016 18:48
La marâtre aimait trop la galette...

Pour célébrer la tradition de la Chandeleur et de Mardi Gras, j’ai le plaisir de vous offrir une nouvelle qui met la galette et le blé à l’honneur. Votre guide, David Sarel au temps de sa jeunesse, à l’époque où se déroule un de mes romans, Le Pacte du tricheur, dont la sortie en version papier est imminente. Une fiction dans laquelle David tient le premier rôle…

Si David avait accepté ce déjeuner dominical, c’était juste pour éviter les salades.

 

Grégoire, son père, vivait désormais rue des Betteraves à Betton. Avec Soizick Pierret, l’employée subalterne devenue sa nouvelle épouse. David se rendait de mauvaise grâce dans la demeure où régnait sa pire ennemie. Un fruit pourri à qui il attribuait le prix citron de la convivialité. Par chance, il était rarement invité depuis que son père s’était fait retourner comme une crêpe par la croqueuse de diamants.

La marâtre aimait trop la galette...

David engagea sans enthousiasme sa moto dans l’allée du parc. Comme à chaque fois, son père se montrerait plus glacial qu’un maître d’hôtel anglais. La marâtre dégusterait les saveurs acides de l’accueil réservé par son homme. Bientôt, David serait majeur et fuirait ces corvées. Tant pis si papa en faisait un fromage.

 

Ce fut justement une odeur de fromage fondu qui le saisit à la gorge lorsque Valentine Sorbet, grande amie de Soizick, lui ouvrit la porte. Elle exécrait David. Il la vomissait. La petite Lucrèce, fille de la marâtre, se collait à Valentine comme un chewing-gum ananas à une semelle.

La marâtre aimait trop la galette...

David digérait mal que la mioche usurpât son patronyme. Il lui avait apporté une boite de pâtes de fruits suffisamment sucrées pour attaquer des dents de lait. La moutarde monterait au nez de la marâtre qui détestait qu’on gâtât le fruit de ses étreintes. David sourit en songeant que la senteur et la saveur de l’amalgame du dentiste succéderaient bientôt aux arômes de friandises dans la bouche du petit chou à son papounet officiel.

 

Surprise. Soizick sourit aussi, tout sucre tout miel. Elle lui proposa un Gin Fizz. Elle savait qu’il repartait à moto et espérait le saouler. David ne se faisait guère d’illusions. Qu’il finisse en bière avec l’aspect et la texture d’une marmelade de fruits rouges ne liquéfierait pas ses hôtes. Il demanda un Schweppes dont le goût amer accompagnerait subtilement l’atmosphère.

 

Justine apparut avec un plateau d’amuse-bouche. C’était la sœur cadette de Valentine. Une familière de la maison comme son aînée.

La marâtre aimait trop la galette...

- Oh flûte, j’ai oublié que tu n’aimais pas le fromage, David, bava Soizick. J’ai prévu un repas de galettes et de crêpes avec des rouleaux de galettes au fromage à l’apéritif.

 

D’où l’odeur à gerber, rumina David.

 

- Moi, je me souviens que David n’aime pas le fromage, rattrapa Justine. J’ai préparé quelques roulés avec de la crème à la place.

 

Les convives prirent place autour d’une table ronde, David s’assit entre les deux sœurs. Seule Justine lui adressa la parole. Une touche de cannelle dans une purée de poivrons. Elle papota avec lui pendant que Soizick et Valentine accommodaient les galettes. Bien que ne participant pas aux préparations, Grégoire et la gamine suivirent les cuisinières.

La marâtre aimait trop la galette...

Des fumets alléchants flottaient jusqu’à la salle à manger. Puis les galettes arrivèrent triomphalement sur la table. D’abord accompagnées d’asperges chaudes et d’une vinaigrette au paprika, puis avec des coquilles Saint-Jacques et une sauce citronnelle. Le contraste entre la douceur des mets et les sauces piquantes qui les relevaient taquinait les papilles. David se régala mais masqua son plaisir. Pas question d’accorder une miette de contentement à la marâtre. Le dessert fut servi en milieu d’après-midi. Un gâteau glacé composé de crêpes et de cassis. Mutin, rafraichissant, croquant. L’invité résista à la tentation du champagne rosé et se retint d’accepter une seconde part de gâteau.

 

Après un café corsé, le soulagement de prendre congé arriva enfin. Grégoire et Lucrèce se gavaient de pâtes de fruits en riant dans la canapé. Ils dirent au-revoir du bout des lèvres. David s’en réjouit. Embrasser la petite Lucrèce lui provoquait les mêmes hauts le cœur que la perspective d’avaler un chèvre-chaud. Les trois femmes accompagnèrent David sur le perron.

 

- Les choses ont tourné au vinaigre entre nous, mais je me mets en quatre pour adapter mes menus au rituel de notre famille recomposée, ironisa Soizick.

La marâtre aimait trop la galette...

La réponse gicla comme une tarte aux framboises dans la poire.

 

- Une famille recomposée ou décomposée ? Des effluves plus amères que douces, non ?

 

Le visage de Soizick vira couleur groseille tandis que la Sorbet fondait en larmes saumâtres et que Justine buvait du petit lait.

 

David avait besoin de décompresser.

 

Le déjeuner à Betton lui restait sur l’estomac. Il fit vrombir le moteur de sa moto sur les petites routes de campagne jusqu’à Saint-Germain sur Ille. Puis il revint à Betton le cœur plus léger. Charles Calloc’h, un de ses meilleurs copains de lycée, l’avait invité à dîner. Un gars solide physiquement et mentalement dont la solidarité lui était acquise. Ceinture noire de judo, Charles avait toujours affirmé à David que la morue tomberait dans ses propres excès de méchanceté. Elle finirait en sushis ou en accras. C’était une question de temps. Les Calloc’h habitaient la même commune que la nouvelle famille de Grégoire Sarel, mais dans un quartier où les prix de l’immobilier ne gonflaient pas encore comme un soufflé au moment de servir.

La marâtre aimait trop la galette...

Le jeune homme accepta de bon cœur le kir pétillant offert par le père de Charles. Le goût amer de la liqueur d’orange qui le relevait contribua à l’atmosphère joyeuse. Ici, personne ne voulait le passer au hachoir ni le voir aplati comme une crêpe après un accident. De toute façon, il ne conduirait plus sa moto avant le lendemain. Le menu de la fin du week-end prévoyait qu’il reste dormir chez son ami. Les pâtes au saumon de madame Calloc’h lui parurent un festin de roi et il les digéra comme une salade estivale. Le far breton aux pruneaux fut avalé avec appétit. La bonne humeur enchantait la cuisine familiale !

 

- Les pruneaux, un ingrédient dont je trufferais volontiers la morue qui bouffe mon père, ricana David en fin de soirée.

La marâtre aimait trop la galette...

- De la morue aux pruneaux, voilà une recette originale mais ne l’imprime pas, trancha Charles. Elle t’amènerait des pépins et tu te ferais assaisonner par les poulets !

 

- Je sais, soupira David. J’éviterai les fausses notes au piano. Un jour, ce sera la morue qui finira au placard.

 

- Il restera Lucrèce, de la graine de poison.

 

- Oh, un déchet comme la mère. Une fois qu’elle ne sera plus très fraiche, la petite peste finira recyclée auprès d’une poire dont elle pourrira l’existence…

QUELQUES LIENS A SUIVRE :

 

Soupe à la grimace pour David et Charles en Auvergne http://0z.fr/U10ZB

 

Quelque années plus tard, David découvre des supporters pas comme les autres http://bit.ly/1lEpd2a

 

DESIGNMOTEUR présente une autre fiction automobile sur fond de 24 heures du Mans http://www.designmoteur.com/2014/12/roman-polar-passion-automobile/

 

Suivez-moi sur Twitter https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ? http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost 0
Published by polarssportsetlegendes - dans mes nouvelles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de polarssportsetlegendes
  • Le blog de polarssportsetlegendes
  • : Vous aimez le suspense et le danger ? Vous considérez la compétition sportive comme un univers romanesque avec ses angoisses, ses héros, ses exploits, ses enjeux et ses tricheurs ? Vous êtes réaliste et vous savez que des vampires assoiffés de cupidité croisent quotidiennement votre route ? Vous savourez goulument la bonne cuisine, les jeux de mots, la musique vous met de bonne humeur ? Les polars et nouvelles de Thierry Le Bras sont faits pour vous !
  • Contact

Profil

  • polarssportsetlegendes
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession :  chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession : chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...

Recherche

Liens