Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 16:19

Les pilotes des années 50 et 60 étaient de vrais personnages de romans.

 

Le danger et le mystère qui entouraient la course automobile contribuaient à ce statut. En 1964, pas d’Internet, peu de reportages télévisés et radiophoniques. Seuls les authentiques passionnés réussissaient à recueillir des informations complètes sur leurs pilotes préférés.

Le blouson vert de Ronan

Parmi cette catégorie, les jeunes Éric Trélor et Ronan Le Mat (dit plus tard Ronnie), personnages secondaires de l’univers de David Sarel, un des premiers rôles récurrents de mes univers de fiction (c.à.d. romans, nouvelles et feuilletons).

Même pas peur

 

L’action se situe en 1964. Éric et Ronan usent encore leurs pantalons sur les bancs de l’école primaire. Plus tard, ils pratiqueront la course automobile, c’est sûr. Avant, Ronan deviendra champion olympique de lutte. Le petit costaud n’en doute pas. Son tempérament bagarreur allié à un physique solide lui permettra forcément de réaliser ce premier rêve.

Le blouson vert de Ronan

Après, il se consacrera à la course automobile et ressemblera aux pilotes qui le fascinent. Trop jeune pour conduire légalement un engin à moteur, il cherche des sensations de vitesse à vélo. La classe de Jacques Anquetil le fascine. Il suit les performances des rouleurs, des descendeurs, des sprinteurs, des meilleurs contre la montre.

Le blouson vert de Ronan

Il s’engagera peut-être dans quelques courses cyclistes en attendant d’obtenir le diplôme qui lui tient le plus à cœur, le sésame du bonheur, le permis de conduire. Le grand-père d’Éric leur a raconté que Pedro et Ricardo Rodriguez ont remporté des courses cyclistes au temps de leur enfance. Ronan réalise que la course automobile coûte cher. Ses parents ne l’aideront pas. Ils préfèrent ses frères, il en est convaincu. Ronan est trop honnête pour devenir escroc ou braqueur. Il faudra se débrouiller autrement.

Le blouson vert de Ronan

Alors, s’il faut gagner des sous rapidement afin d’acheter la voiture avec laquelle il se fera remarquer, une Cooper S ou une Ford Cortina Lotus, il a pensé à une solution, la boxe. Il paraît qu’on y gagne vite de grosses sommes. Il boxera juste un an ou deux, le temps de mettre assez d’argent de côté pour devenir pilote. Il n’est pas grand mais costaud, le plus fort de la classe. L’été à la plage, il se confronte à d’autres copains. Seul Nicolas réussit à le dominer. Ronan est sûr de retourner la situation et de le vaincre bientôt. Il n’imagine pas trouver son maître dans un sport de combat. De toute façon, il n’a peur de rien.

Le blouson vert de Ronan

A la limite, si percer en boxe professionnelle prend trop de temps, il pourrait se faire des tunes dans le catch. Roger Couderc le transformerait en vedette de la télé et sa notoriété l’aiderait à entrer dans une bonne écurie. Il hausse les épaules quand ses potes Éric, Feddy et Dom essaient vainement de le dissuader. Ils n’ont pas de souci à se faire. Ils ont vu comment, à chaque fois, il allonge le plus grand de l’école qui le dépasse d’une demi-tête. Il empruntera une trajectoire un peu semblable à celle de Lino Ventura, lutteur puis acteur. Lui sera lutteur amateur (indispensable s’il veut aller aux J.O.), boxeur ou catcheur professionnel, et enfin pilote. Il adore Ventura, surtout quand il distribue les baffes, par exemple dans Les Tontons flingueurs. Avec ses épaules carrées et son aptitude à la bagarre, Ronan paraîtra crédible dans le rôle du costaud. Au pire, si les sports de combat ne payent pas assez et qu’il ne parvient pas à acheter une bonne voiture, il commencera par la moto. Du moment qu’il s’agisse de vitesse avec un engin qui offre des sensations fortes, tout lui convient. Une fois champion sur deux roues, il trouvera bien un volant.

Mike Hawthorn, premier héros de Ronnie

 

En 1964, le pilote préféré de Ronan s’appelle Mike Hawthorn. Les plus connaisseurs en matière de sports mécaniques se rappellent que Mike est décédé dans un accident de la circulation le 22 janvier 1959 après avoir notamment remporté le titre de Champion du monde de F1 1958 et les 24 Heures du Mans 1955. Ronan a découvert le champion anglais d’une manière originale. Le jeune garçon est né le dimanche 5 juillet 1953 et il s’est demandé si cette date correspondait à un événement notable dans le monde de la course automobile.

Le blouson vert de Ronan

Alors, un jeudi matin, le grand-père d’Éric a amené les deux gamins aux archives municipales de Lorient consulter les journaux d’époque. Le petit groupe a trouvé ce qu’il cherchait. Il s’était bien passé quelque chose de particulier ce jour-là. C’était le Grand-Prix de France 1953, une course qui donna lieu à un final ahurissant. A cinq tours de l’arrivée, Hawthorn sur Ferrari et Fangio sur Maserati étaient roues dans roues. Ils se livrèrent un duel acharné, se doublant et se redoublant sans cesse. A l’amorce du dernier tour, ils passèrent devant les tribunes côte à côte. Qui allait l’emporter ? Fangio sembla prendre un instant l’avantage, mais l’épingle du circuit lui fut fatale. Gêné par une première qui ne passait plus, il perdit du temps à la sortie du virage le plus serré et franchit la ligne d’arrivée 36 mètres derrière Hawthorn. En Anglais soucieux de son apparence, Mike Hawthorn s’était présenté au départ vêtu d’un blouson en daim vert et d’un nœud papillon. Ce détail impressionna beaucoup Ronan qui trouvait qu’il ressemblait un peu à Mike Hawthorn.

Le blouson vert de Ronan

Le jeudi suivant, il fait le tour de toutes les boutiques de Lorient avec sa mère afin de trouver un blouson de toile vert qui ressemble le plus possible à celui que portait Mike au Grand-Prix de France 1953. Il trouve un vêtement qui lui convient. A l’école comme sur son vélo le jeudi, il portera fièrement le blouson d’un champion, défendra les couleurs de son héros, se mettra dans la peau du pilote qu’il deviendra un jour. Plus les semaines passent, plus il se sent certain de ressembler à Mike. Son destin sera peut-être dramatique, tel celui de Mike. Dramatique mais glorieux. Toute sa vie, il comptera des blousons verts dans sa garde-robe et portera le nœud papillon lors des soirées habillées...

QUELQUES LIENS

Les personnages de fiction vivent dans un univers parallèle où ils existent vraiment, considérait Serge Dalens. Je partage cette conviction. Nos personnages de fiction ont donc un présent, un passé, un avenir. Voici donc quelques épisodes de la vie de Ronan. Par rapport à l’achat de son premier blouson vert, ils représentent l’avenir. un futur devenu antérieur à la période contemporaine. Au moment de leur déroulement, ils coïncidèrent brièvement avec le présent.

 

Et Ronnie freina trop tard… Une aventure d’un pilote né pour devenir héros de BD ! http://bit.ly/1TPtP0s

 

Ronnie joue et gagne contre la Ferrari http://bit.ly/1BmWlxQ

 

Quand Ronan affrontait la mère Poupoune et sa 2cv http://0z.fr/SBfWH

 

Le blouson vert de Ronan

Ronan et des Dauphine qui ne sont pas les loseuses au concours de Miss France http://0z.fr/r8RvN

 

Le temps a passé. Les sixties ont laissé place aux seventies. Qu’est devenu Ronnie ? Pas ce qu’il voulait, mais au moins, il pilote http://bit.ly/2bAFnbr

 

Jour de gloire pour Ronnie http://0z.fr/DwoeM

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost 0
Published by polarssportsetlegendes - dans mes nouvelles
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de polarssportsetlegendes
  • Le blog de polarssportsetlegendes
  • : Vous aimez le suspense et le danger ? Vous considérez la compétition sportive comme un univers romanesque avec ses angoisses, ses héros, ses exploits, ses enjeux et ses tricheurs ? Vous êtes réaliste et vous savez que des vampires assoiffés de cupidité croisent quotidiennement votre route ? Vous savourez goulument la bonne cuisine, les jeux de mots, la musique vous met de bonne humeur ? Les polars et nouvelles de Thierry Le Bras sont faits pour vous !
  • Contact

Profil

  • polarssportsetlegendes
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession :  chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession : chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...

Recherche

Liens