Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 janvier 2013 4 03 /01 /janvier /2013 18:20

FAITS D ENFER A CARNAC

  Les séances de dédicace sont de formidables occasions de rencontrer son public. Je me souviens de nombreux échanges passionnants avec des lecteurs de tous âges dans différentes régions et dans des manifestations très différentes, salons du livre, salons automobiles, nautiques, librairies, animations dans des bibliothèques ou d’autres lieux…

 

Vraiment d’excellents moments et l’envie de retrouver le plus vite possible ces lecteurs attachants. En attendant notre prochain contact,  je me réjouis de leur avoir apporté quelques moments de plaisir quand ils se sont ’immergés dans les univers parallèles de mes personnages.

 

Mais la vie réserve des surprises. Parfois, des exceptions viennent confirmer le principe selon lesquels nos lecteurs sont des gens sympas et intéressants. Illustration par les exemples de quatre anecdotes cocasses.

 

Bonjour tristesse !

 

Pas besoin de s’appeler Françoise Sagan pour rencontrer des lectrices déprimées,

 

Une anecdote m’a bien fait rire au Salon du livre de Paris. Une vieille dame à l’air triste commence à regarder un de mes polars et hésite. Je lui demande gentiment de se décider car quelqu’un d’autre feuillète aussi  un de mes romans. La position de l’hésitante m’empêche de discuter aisément avec l’autre personne  qui me semble sur le pont d'acheter. La femme sombre répond que ce ne sera pas pour aujourd’hui, qu’elle a déjà beaucoup dépensé au salon. Pas grave, ai-je enchaîné. Nous vous reverrons l’année prochaine. Vous commencerez par nous avant de dépenser tous vos sous ailleurs.  

CERCUEIL-JPEG-2.jpg

- Ne dites pas ça, mon pauvre monsieur, professe la petite dame. Un écrivain de chez XXXXX (je préfère ne pas citer le nom de la maison d’édition, vous me comprendrez) m’a dit la même chose l’an dernier. J’ai voulu aller le voir tout à l’heure, eh bien vous allez rire, son éditeur m’a dit qu’il était mort.

 

J’ai ri effectivement, bien que j’aie trouvé la réflexion franchement maladroite pour ne pas dire un peu grossière. J’avoue que j’aurais volontiers envoyé la dépressive chronique se faire soigner à l’HP.    

L’ours grognon    

Chicanes et dérapages de Lorient au Mansest un polar sur fond d’affaires judiciaires et de course automobile. L’histoire se dénoue pendant les 24 Heures du Mans. Dans ce scénario, des pilotes réels jouent leur propre rôle au côté des personnages de fiction. Parmi eux, les jeunes mais brillants Julien Mouthon et Bastien Brière (en photo avec moi sur la photo ci-dessous).   BB-JM-TL.JPG

Ils ont participé à une séance de dédicaces au Salon du livre du Mans. Nous ne chômions pas. Dans la cité de la Classique sarthoise, une histoire aux 24 Heures du Mans séduit tout particulièrement le public. Enfin, sauf un de nos visiteurs sur le stand. Je vois arriver un type d’une cinquantaine d’années au look de soixante-huitard attardé, pas trop propre sur lui, avec les cheveux longs et bien gras. Il prend le livre en main. Mes copains pilotes étaient occupés à écrire des dédicaces à une femme qui achetait plusieurs exemplaires, un pour elle, les autres pour offrir. Je demande au lecteur potentiel si je peux lui apporter des précisions.

 

- Oui, me répond-il. Je me demandais comment on peut faire pour noircir 312 pages sur des fils à papa qui font mumuse dans des bagnoles.

 

- Vous plaisantez ou vous êtes sérieux ? demandai-je.

 

- Je plaisante pas. J’aime pas les bagnoles, réplique le gougnafier. J’aime pas ceux qui les pilotent non plus.

 

Mon sang ne fait qu’un tour.   COUV CHICANES ET DERAPAGES opt  - Alors qu’est-ce que vous foutez là ? lançai-je de la voix la plus désagréable possible. Si notre livre ne vous intéresse pas, c’est tout à fait votre droit. Pas de problème. Mais l’édition française sortant 48.000 titres par an, vous ne manquerez pas de choix sur les autres stands.

 

- Vous êtes un malpoli, reproche le malotru. J’ai bien le droit de dire ce que je pense, m…

 

- Ouais, sûrement. Mais alors, moi j’ai le droit de vous dire que vous êtes un gros abruti et que je n’ai rien envie de vous dire de plus.

 

Le ton ayant monté, tout le monde tourne les yeux vers la scène.

 

- Maintenant ça suffit, vous vous barrez, ou je passe de l’autre côté du stand, repris-je, furieux.

 

Un stand de dédicaces, c’est comme un bar, un resto et tout lieu ouvert à la clientèle. Lorsqu’un importun provoque un incident, il faut s’en débarrasser au plus vite afin qu’il ne perturbe pas les autres clients et ne fasse pas perdre de chiffre d’affaires.

 

L’ours mal léché a compris qu’il était temps de filer dans sa caverne.  

La radine

    Une autre fois dans un autre salon, nous avons reçu la visite d’un autre cas. Une dame d’une quarantaine d’années, d’apparence plutôt sympathique, qui voulait négocier le prix du livre, le faire baisser de 10 à 7 €.     FOURMIS-JPEG.jpg  - Ce n’est pas possible, lui ai-je répondu. Le prix du livre n’est pas libre. Personne ne peut accorder une remise supérieure à 5%.

 

- C’est dommage, regretta la radoche. Ben tant pis, j’attendrai de le trouver d’occasion à moitié prix ou je l’emprunterai à la bibliothèque.

 

Si je la revois, je lui suggérerai de constituer une société en participation avec ses copines pour acheter ses livres. Et puis non. Je ne vais quand même pas prodiguer des conseils gratos à une bonne femme prête à me retirer les droits d’auteur de la bouche.

 

La perle de l’esthétique

 

J’ai choisi Faits d’enfer à Carnac comme titre d’un de mes polars. J’adore Carnac et La Trinité. Ce fut un grand plaisir d’y construire une histoire avec David Sarel et Sébastien Ménier, deux de mes héros récurrents favoris.     54-copie.jpg 

Dans ce livre, l’esthéticienne d’un centre d’amaigrissement revendique le statut de prostituée après la mort suspecte d’un curiste. Loin de moi l’idée de jeter l’opprobre sur cette profession, mais les clichés que véhiculent certaines affaires judiciaires autour des salons de massage et l’image peu intellectuelle qu’impriment certains sketchs et films avec ces gentes dames convenait très bien au personnage de Martine Lépinour, mon esthéticienne ambigüe. La femme de mon éditeur plaisantait souvent en me demandant quand je comptais dédicacer un exemplaire du roman à une esthéticienne. J’avoue avoir douté d’y parvenir, jusqu’au jour où…

 

C’était au rayon livres d’un hyper de Bretagne Nord que je ne situerai pas plus précisément pour des raisons d’évidente discrétion. Soudain, une jeune femme très exubérante et très voyante commence à regarder nos livres.

 

- Oh, y’a une esthéticienne ? s’exclame-t-elle en lisant ma 4 de couv. J’suis esthéticienne.

 

Toutes les autres personnes assises à la table de dédicaces connaissent le scénario et explosent de rire. Je m’efforce de rester sérieux. Exercice peu aisé. Je lui vante mon histoire en taisant la personnalité peu sympathique de l’esthéticienne concernée.

 

- Oh, ben j’vais l’prendre ! s’enthousiasme-t-elle au bout de quelques secondes.

 

Je dédicace et je signe.

 

Elle regarde les autres livres et suggère que nous l’orientions vers un roman un peu coquin. Un des auteurs de la maison a écrit un polar où l’érotisme n’est pas absent. C’est lui qui satisfera le mieux notre cliente pour ce second choix.

 

- Je dédicace pour qui ? questionne-t-il.

 

- Ce sera pour un homme, répond-elle, mais je ne sais pas encore lequel.   DEDICACES-JPEG.jpg

- Je peux écrire une formule générale, suggère mon collègue. Pour un ami très cher, pour toi que j’attendais, pour te faire plaisir, pour que tu ne m’oublies jamais, pour combler tes désirs les plus fous…

 

Il attend la réponse de la fille. Elle réfléchit intensément, la bouche ouverte et les yeux écarquillés. Elle regarde successivement le livre que je lui ai dédicacé et celui encore vierge, puis reprend la parole.

 

- Finalement, je préfère que vous ne le dédicaciez pas. Regardez, le premier, il fait tout gribouillé maintenant avec ce qui est  mis dessus.

 

- Désolé, je ne vais pas vous salir le second, s’esclaffe mon collègue auteur. 

 

Elle part en tortillant son postérieur (fort joli d’ailleurs). La chasse au donataire du second livre vient d’ouvrir. La femme d’un autre auteur assiste à la scène et rit aux éclats.

 

- Zut alors! s’exclame-t-elle. Et tous ces bieaux tableaux que des sagouins, y-z-ont gribouillé dessus : Renoir, Monet, Cézanne, Picasso… Ah y-z-ont  tout sali les belles z-images !

 

Nous  pleurons de rire.

 

QUELQUES LIENS A SUIVRE

 

Des Ebooks, qu’il n’est pas possible de dédicacer sur papier. J'en ai tout de même écrits pour vous :

1 COUV PACTE

LE PACTE DU TRICHEUR est disponible au prix de 0,98 € sur

http://www.amazon.fr/LE-PACTE-TRICHEUR-Thierry-Bras-ebook/dp/B00H2042PU

 

Gare à la main du diable, un polar Jeunesse teinté de fantastique dans le monde de la course au large, présenté sur ce blog :

http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/article-gare-a-la-main-du-diable-disponible-en-format-e-pub-111556271.html

     

Suivez-moi sur Twitter

https://twitter.com/ThierryLeBras2

 

Et pourquoi pas sur Facebook ?

http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

 

Thierry Le Bras    

Partager cet article

Repost 0
Published by polarssportsetlegendes - dans l'auteur
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de polarssportsetlegendes
  • Le blog de polarssportsetlegendes
  • : Vous aimez le suspense et le danger ? Vous considérez la compétition sportive comme un univers romanesque avec ses angoisses, ses héros, ses exploits, ses enjeux et ses tricheurs ? Vous êtes réaliste et vous savez que des vampires assoiffés de cupidité croisent quotidiennement votre route ? Vous savourez goulument la bonne cuisine, les jeux de mots, la musique vous met de bonne humeur ? Les polars et nouvelles de Thierry Le Bras sont faits pour vous !
  • Contact

Profil

  • polarssportsetlegendes
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession :  chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession : chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...

Recherche

Liens