Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 17:00

Séries et feuilletons télévisés, des rendez-vous qui conditionnent des millions de téléspectateurs grâce à des codes proches de ceux du marketing. Ça marche depuis l’arrivée en masse de la télévision et ce n’est pas prêt de s’arrêter. Peut-être que les diffuseurs changeront et que l’écran de visionnage sera un outil informatique, mais le goût des spectateurs pour des histoires qui les intéressent autour de thèmes qui les sensibilise et de personnages attachants garantiront toujours le succès.

Des séries américaines ont occupé l’écran pendant plusieurs décennies. D’autres ont conditionné le public et fait de leur créneau de diffusion une priorité absolue dans l’organisation des emplois de temps. D’autres encore sont rediffusées régulièrement alors que le jeune public qu’elles visaient a atteint l’âge de la retraite. Dallas, Les feux de l’amour, Zorro dépassent largement le statut de fictions diffusées en épisodes pour atteindre celui de phénomènes de société.

Les-Coeurs-brûlés - Série-de-l-été- 1992

Les-Coeurs-brûlés - Série-de-l-été- 1992

Si les producteurs américains savent concevoir des séries addictives, leurs homologues français ne manquent ni d’idées ni de talent.

Les séries et feuilletons qui attirent le public surfent sur les codes du storytelling

Ils créent des émotions. Nous les regardons non parce que nous en avons besoin mais parce que nous en avons envie. Les scenarii nous immergent dans un monde qui nous séduit, dans lequel nous serions contents de vivre ou d’agir. Nous adhérons aux valeurs que véhiculent les histoires suivies.

Opération-Gauguin-à-Tahiti

Opération-Gauguin-à-Tahiti

D’autant que la narration suit l’impératif schéma en trois actes, le départ (une situation initiale, un contexte correspondant au « il était une fois » des contes populaires), les péripéties (l’explosion avec un élément perturbateur qui rompt l’équilibre, la quête du héros, un crescendo avec un pic émotionnel), le dénouement (un nouvel équilibre, et éventuellement l’ouverture vers une nouvelle histoire).

L’identification des personas

Essayer de conquérir tout le monde serait vain et improductif, comme de vouloir vendre un même produit à tout le monde. En marketing, la solution consiste à définir les personas (clients types) en amont. Les séries et feuilletons visent également un public parfaitement identifié. Si une histoire retient particulièrement votre attention, vous possédez  vraisemblablement les caractéristiques des téléspectateurs ciblés.

Avocat-et-Associés

Avocat-et-Associés

L’histoire ne se suffit pas à elle-même. La fidélisation du téléspectateur - le persona dans une série ou un feuilleton - passe par la création d’un lien. L’acheteur d’une marque de voiture considère son véhicule comme une partie de lui, de son identification. Je me rappelle une nouvelle radiophonique diffusée au début des années 80 où l’acheteuse d’un groupe de vente par correspondance s’attachait tellement au groupe qu’elle invitait son patron à son anniversaire (qu’il lui avait souhaité grâce à l’outil informatique dans un prospectus vantant une promotion exceptionnelle de ses produits).

La-Dauphine-du-feuilleton-Pilotes-de-course - 1974 - photo-Thierry-Le Bras

La-Dauphine-du-feuilleton-Pilotes-de-course - 1974 - photo-Thierry-Le Bras

Sitcoms, séries estivales, feuilletons se déroulant dans un univers devenu vintage au fil des années, mise en scène d’activités que nous aimons nous avons tous vu passer des feuilletons et séries qui créaient l’envie de les revoir, de les revoir, soit à l’occasion de rediffusions, soit en accédant à des supports où nous les redécouvrons.

Le-jeune-Fabre

Le-jeune-Fabre

Et bien que connaissant les mécanismes qui conditionnent le client (en l’espèce le téléspectateur), je reste comme les autres particulièrement sensible à certains univers découverts à l’occasion d’histoires diffusées en épisodes :

- parfois par nostalgie de la jeunesse, comme en ce qui concerne Opération Gauguin et Le jeune Fabre, diffusés la première fois à une époque où j’étais encore lycéen ;

Le-roman-Pilotes-de-course-dont-est-issu-le-scénario-du-feuilleton

Le-roman-Pilotes-de-course-dont-est-issu-le-scénario-du-feuilleton

- d’autres parce que les univers où se déroule l’action me fascinent, notamment celui de Pilotes de course (vu à la télévision au début de l’été 1975), ou celui de Avocats et associés où nous suivons la vie des membres d’un cabinet d’avocats au fil d’affaires pas toujours faciles à traiter, surtout quand leurs propres problèmes personnels et financiers épicent le quotidien...

- Les Cœurs brûlés et sa suite Les Yeux d’Hélène, où une très belle femme interprétée par Mireille Darc risque de tout perdre, la vue, l’amour et son affaire...

QUELQUES LIENS

Pole Fiction, storytelling d’un projet de fictions mécaniques mis au point par les animateurs des sites circuitmortel & designmoteur http://circuitmortel.com/?p=3795 

Les émotions font partie des facteurs qui provoquent l’acte d’achat. Or, les associations d’idées et les souvenirs de jeunesse concourent à l’élaboration du contexte qui crée une relation affective durable avec un constructeur jusqu’au besoin possession d’un de ses modèles. Des éléments qui comptent en matière de #marketing et de #communication. Un exemple de séduction by #BMW http://circuitmortel.com/?p=3957

Des livres que j’ai commis https://bit.ly/2FYZvnp

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
28 juillet 2019 7 28 /07 /juillet /2019 18:22

Quel mot associez-vous à photographie ? Plusieurs réponses viennent à l’esprit...

Lumière, s’exclameront beaucoup, se référant à la capture de la lumière et aux frères Louis et Jean Lumière qui jouèrent un rôle très important dans l’histoire du cinéma et de la photographie, domaines dans lesquels ils déposèrent quantité de brevets.

Club Méditerranée - 1976 - Saint-Malo - Photo - Thierry-Le-Bras

Club Méditerranée - 1976 - Saint-Malo - Photo - Thierry-Le-Bras

Tranche de vie, ajouteront d’autres, car la photo immortalise un instant précis, anecdotique ou historique, heureux ou dramatique, qui concerne un groupe restreint ou l’humanité toute entière. Instantané, pause, le résultat restitue l’atmosphère d’un moment qui a compté, au moins pour celui qui a appuyé sur le déclencheur.

Remonter le temps

Flash-back au printemps 1967.

Mes parents - Coupé-Fiat-850 - 1967 - Port-Mer - Photo-Thierry-Le-Bras

Mes parents - Coupé-Fiat-850 - 1967 - Port-Mer - Photo-Thierry-Le-Bras

Mes parents à Port-Mer devant le coupé #Fiat 850 de ma mère. J’aimerais tant pouvoir les ramener au temps de leur jeunesse même si je sais que c’est impossible, que je ne suis pas Dieu ni même magicien.

MG - Saint-Malo - 2019 - Photo-Thierry-Le-Bras

MG - Saint-Malo - 2019 - Photo-Thierry-Le-Bras

Une MG d’hier à Saint-Malo au mois de juin 2019. Quelle est son histoire ? Objets animés, avez-vous donc une âme ? Oui, évidemment, mais il faudrait un peu de temps pour écrire sa biographie. Une tâche sûrement passionnante qui piloterait sur les trajectoires de ses conducteurs successifs depuis une sortie triomphante des locaux d’un concessionnaire anglais (conduite à droite) jusqu’à une restauration très sérieuse. Entre les deux, des bons et des mauvais moments, comme dans la vie d’un être humain. Mais voilà que je laisse mon imagination vagabonder vers des univers parallèles. Déformation professionnelle d’un auteur obsédé par la narration d’histoires depuis l’âge de 10 ans, celui où j’ai commencé un premier roman... Si vous aimez les histoires s‘automobiles, rendez-vous sur http://circuitmortel.com/

Raviver la mémoire

La photographie recourt à des techniques, mais elle constitue aussi un art à part entière. Les plus belles photos provoquent des émotions. Elles aident aussi à se rappeler des époques et les personnages qui les ont marquées. La première photo de cette chronique représente le Club Méditerranée d’Alain Colas, un voiler de 72 mètres avec lequel le navigateur espérait bien gagner la Transat 1976. Alain ne remporterait pas ce magnifique défi mais l’été suivant l’arrivée, il entreprit une tournée des ports français avec son magnifique monocoque géant. J’ai photographié le bateau lors d’une escale à Saint-Malo au mois de juillet 1976. Le cliché réveille le souvenir d’un grand marin qui osa des paris audacieux, prit part à la course sans être totalement remis d’un accident dans lequel il avait failli perdre un pied, un homme qui ne renonça jamais à ses rêves.

Saint-Malo - Cadre-d-une-scène-de-Vengeance-glacée-au-coulis-de-sixties

Saint-Malo - Cadre-d-une-scène-de-Vengeance-glacée-au-coulis-de-sixties

Les lecteurs de ce blog connaissent ma passion de l’écriture. Ceux qui me connaissent personnellement connaissent mes autres passions, notamment les sports mécaniques et la photo. Oui, j’adore la photo depuis l’enfance, depuis un jour où mon père me laissa photographier sa voiture avec son propre appareil photo. J’étais encore à l’école primaire. Le résultat m’a plu. J’ai appris à développer et tirer des photos en noir et blanc. Les années ont passé. J’ai pu utiliser de meilleurs équipements, progresser en lisant des ouvrages spécialisés et en devenant très actif au club photo du lycée. La passion reste intacte. Elle sert mes autres centres d’intérêt d’ailleurs. D’une part, j’ai réalisé des milliers de photos de sports mécaniques. D’autre part, lorsque je travaille sur une fiction, je m’entoure généralement de photos qui évoquent le thème traité. Cela m’aide à m’immerger dans l’histoire avec l’ambition d’y entrainer le lecteur avec moi. Ainsi ai-je écrit Vengeance glacée au coulis de sixties entouré de photos des lieux où se déroulent les temps forts du scénario ainsi que des voitures qui y jouent un rôle !

Les photos aussi racontent une histoire !

QUELQUES LIENS A SUIVRE

Pole Fiction, storytelling d’un projet de fictions mécaniques mis au point par les animateurs des sites Circuitmortel & Designmoteur http://circuitmortel.com/?p=3795

Ces véhicules qui rappelent des livres, fictions, chansons et souvenirs d’une époque devenue Vintage

1 - http://bit.ly/2dN78Mk 

2 - http://bit.ly/2dwa5V2

Rallye, Course de côte : l’un pilote une Ford Escort 2000 RS, l’autre une Opel Kadett GTE ; leur rivalité sera impitoyable http://0z.fr/110Cx

Suivez-moi sur Facebook http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

Et sur Twitter https://twitter.com/ThierryLeBras2

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
29 juin 2019 6 29 /06 /juin /2019 18:13

Les juristes ont le vent en poupe dans les médias et univers de fiction.

Normal, la réalité dépasse la fiction et elle l’inspire. Au sein des familles, des entreprises, des groupes formés au hasard des rencontres, les relations humaines offrent quantité d’occasions de s’affronter, de se détester, de déraper.

Soudain, la vie bascule du côté du paradis ou de l’enfer. Ni la célébrité, ni l’opulence, ni le calme apparent ne protègent de la tempête.

Les juristes aux premières loges

Un divorce, une succession, une vente d’entreprise, sont susceptibles de provoquer des révélations stupéfiantes, de faire éclater des secrets bien cachés, de dévoiler les sentiments véritables des uns et des autres.

Les actes, un roman de Cécile Guidot paru chez JC Lattès

Les actes, un roman de Cécile Guidot paru chez JC Lattès

Or qui recueille les premières confidences sur les montages juridiques choisis puis éventuellement contestés plus tard ? Un juriste bien sûr. Un notaire, un avocat, un assureur, un expert-comptable, un conseiller en gestion de patrimoine...

Ainsi s’établit la trame des Actes, un roman signé Cécile Guidot, ex notaire, romancière  brillante. Son héroïne, une jeune femme notaire originale qui exerce au sein d’une grosse étude parisienne. Elle se déplace à moto, porte des tatouages, trouve des amants sur Internet, mais traite ses clients avec empathie et bienveillance.

Un roman à lire, une fiction captivante qui sera sans doute adaptée prochainement en série télé.

La fiction sur fond juridique, une valeur sûre

Je ne peux que m’en réjouir car je suis moi-même porteur d’un projet (achevé) que je me bats pour inscrire rapidement à la carte d’un éditeur performant. Il s’agit d’un recueil de courtes fictions mettant en scène des avocats dans l’exercice de leur profession.

Sils prennent à cœur la défense de clients qui les touchent, ils savent aussi que leurs visiteurs s’assoient dans leurs bureaux avec le même plaisir que sur le fauteuil du dentiste. Logique, ils sont chez l’avocat à cause de pépins durs à digérer qui vont les conduire au tribunal. L’avocat, ce profiteur qui coûte cher quand l’existence du client se transforme en salades.

De son côté, l’avocat estime que la plupart des clients mentent comme des arracheurs de dents et inventent n’importe quel prétexte fallacieux dès qu’il s’agit de régler une facture... Pourtant, le professionnel utilise au mieux les ingrédients dont il dispose. Il s’attache à servir aux magistrats le plat qu’ils préféreront à l’assiette de l’adversaire. Le maître se transforme en chef de cuisine judiciaire. Il exalte les saveurs de chaque argument, cache des arrière-goûts amers, agrémente son plat des meilleures sauces.

La Cité judiciaire de Rennes - Photo-TLB

La Cité judiciaire de Rennes - Photo-TLB

Les scénarii sur fond juridique offrent des saveurs variées et inégalables. Des émissions telles que les épisodes hebdomadaires d’Héritages produits par « NE ZAPPEZ PAS ! » PRODUCTION et présentés par Jean-Marc Morandini réalisent des audiences extraordinaires en prime time. Maître Dupond-Moretti, une des stars de la profession, est monté sur scène au Théâtre de la Madeleine pour raconter son métier. Caroline Vigneaux, ancienne avocate brillante, a choisi de quitter le monde judiciaire pour devenir humoriste. Aux USA, plusieurs auteurs de best-sellers privilégient les histoires dans le monde judiciaire. C’est notamment le cas de John Grisham (Le fime, L’affaire Pélican, Le client, L’infiltré...).

Quoi de plus captivant dans la littérature, à la télévision et au cinéma qu’un scénario sur fond juridique ? Je vous répondrai rien, absolument rien et je sais que vous êtes nombreux à partager cette opinion. Seul le sport peut rivaliser en intensité avec les histoires de droit !

QUELQUES LIENS

Drogués de sport : docufiction mettant en scène un avocat, un rallye, des dealers… http://bit.ly/1lEpd2a

« Avec les réversions en danger, j’vous prédis une vague d’assassinats sans précédent chez les seniors », annonce une cliente à son avocat... Fiction ? Pour l’heure, en espérant que la prédiction ne se réalise pas...  https://bit.ly/2QpFCai

Quand le profil d’un homme louche sur un réseau social  permet à un avocat de parer ses projets d’infractions (docufiction) http://circuitmortel.com/?p=3639

Suivez-moi sur Facebook http://www.facebook.com/thierry.lebras.18

Et sur Twitter https://twitter.com/ThierryLeBras2

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
20 juillet 2018 5 20 /07 /juillet /2018 18:12

Courir Le Mans signifie entrer dans la légende de la course, appartenir à un clan d’initiés reconnus des plus sceptiques.

 

Tout le monde a entendu parler des 24 Heures du Mans, y compris ceux qui, les pauvres, ne s’intéressent pas aux sports mécaniques. Si à l’occasion d’un dîner en ville, un invité fait état de la profession de pilote, il se trouvera forcément un autre convive qui demandera ce qu’il a fait au Mans.

Le Mans, symbole absolu de la course automobile !

Dans l’hypothèse où le pilote ne roule pas en endurance, il perdra son aura. Il ne sauvera la face qu’à condition d’avoir disputé le Grand-Prix de Monaco, le Rallye de Monte-Carlo, les 500 miles d’Indianapolis ou à la rigueur le Dakar.

 

Passion et Mans

 

Théâtre de duels homériques, de suspense dépassant ceux des meilleurs thrillers, d’exploits et parfois hélas de drames, Le Mans a inspiré de nombreuses fictions. Je fais partie des auteurs qui ont installé l’action de romans policiers et de nouvelles au Mans, notamment avec Chicanes et dérapages de Lorient au Mans et Vengeance glacée au coulis de sixties. Car comme la grande majorité des amoureux de sports mécaniques, les 24 Heures du Mans me fascinent depuis toujours.

 

Les 24 Heures résonnent dans ma mémoire au rythme de la voix de Tommy Franklin à la radio dès avant l’école primaire. Mon père, grand amateur de sport automobile à cette époque, ne manquait pas un reportage. Et moi, gamin émerveillé dont les jouets favoris étaient les petites voitures, j’inscrivais dans mes neurones les noms de Jaguar, Aston Martin, Ferrari, Porsche, Maserati comme ceux des merveilles du monde.

Le Mans, symbole absolu de la course automobile !

Un peu plus tard, à l’âge dix ans, j’ai ressenti l’envie irrésistible d’écrire un roman. Il s’agirait de l’histoire d’une bande de jeunes qui, faute de disposer de la somme nécessaire à l’achat d’une Ford GT40, d’une Cobra ou d’une Iso Grifo, construiraient un bolide dans le garage du grand-père de l’un d’eux. Des aspirants pilotes qui ressemblaient à mes copains... et à moi avec quelques années de plus. Je ne suis pas allé au bout de l’histoire et les cahiers de brouillon se sont perdus, sans doute dans un déménagement ou d’un grand ménage dans la cave.

Le Mans, symbole absolu de la course automobile !

La passion de la course ne m’a jamais quitté, jusqu’à habiter des rêves. Quand j’étais enfant, la famille comptait une adorable chienne boxer qui portait le nom de Jeeps. Elle s’asseyait volontiers sur la banquette arrière de la voiture à côté de moi et affichait sa fierté lorsque mon père doublait un autre véhicule, qu’il s’agisse d’une voiture, d’un camion, d’un tracteur ou d’un deux roues. Une nuit, j‘ai rêvé que je roulais au Mans dans une Alpine et que notre chienne était à côté de moi, ravie ! Bon, d’accord, compte tenu de mon âge (encore plus jeune que Ricardo Rodriguez lors de sa première tentative de participation aux 24 Heures) et du règlement de la course,  cet épisode ne pouvait se dérouler que dans l’univers parallèle de l’imagination. Si des coureurs au large ont navigué en compagnie d’animaux plus ou moins satisfaits de l’aventure, je ne connais pas de pilote ayant couru dans la vraie vie avec son animal domestique.

 

Auteur grâce au Mans

 

J’ai repris le fil de l’histoire  plus tard. D’une autre manière, moins ambitieuse, moins délirante, mais réelle.

 

D’abord, j’ai piloté en course. En amateur, sans me confronter aux rois de la Formule1 et de l’endurance qui étaient mes héros d’enfance. Cela m’a cependant permis d’apprécier ce qu’un pilote ressent une fois sanglé dans son baquet, de remporter un certain nombre de victoires dans ma catégorie, de vivre des temps forts, parmi les plus magiques de mon existence.

Le Mans, symbole absolu de la course automobile !

Ensuite, j’ai écrit et je continue à écrire des récits et fictions dans l’univers des sports mécaniques. Un plaisir immense, ainsi que l’occasion, j‘espère, de partager cette passion absolue. J’aime aussi mettre ma plume au service de la communication en faveur de pilotes. Aider un compétiteur à faire reconnaître son talent représente une satisfaction réelle, plus que n’importe quelle mission traditionnelle.

Le Mans, symbole absolu de la course automobile !

Mon fantasme ? Je rêve encore, ce qui me range sans doute dans la catégorie des éternels adolescents qui refusent de grandir. Une caractéristique que je ne renie pas, d’autant qu’elle fait à mon sens partie des qualités d’un auteur. J’aimerais piloter à nouveau en course. Oh, plus au Mans ni même en championnat de France de la montagne. Juste rouler en équipage au Mans Classic ou dans une autre épreuve de véhicules historiques sur circuit. Faire équipe avec un jeune pilote doué qui vise le professionnalisme et voyager le temps d’un week-end dans un univers parallèle où je serais pilote à temps plein, au-delà de l’âge, des époques...  Dans ce monde parfait, j’appartiendrais à une équipe ambitieuse, nous roulerions dans une des plus grandes courses du monde...

 

QUELQUES LIENS

 

Au Mans Classic, des bolides d’exception font revivre les 24 Heures d’hier https://bit.ly/2MPXr0k et https://bit.ly/2LA3dD7

 

Le skipper et le pilote http://bit.ly/25TaV2X

 

Steve McQueen, The Man & Le Mans http://bit.ly/1Sl7iIy

 

Dans ce polar, vous partagerez la piste du Mans avec des Ford MKII, Ferrari, Cobra, Alpine, Porsche... http://amzn.to/1nCwZYd

 

Jour de gloire pour Ronnie, une nouvelle automobile illustrée http://0z.fr/DwoeM

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
5 mai 2018 6 05 /05 /mai /2018 13:24

ABBA a vendu plus de 400 millions de disques. Un chiffre considérable, un des plus importants au monde toutes époques confondues. Une statistique à la mesure du phénomène qui a entouré le groupe durant les années 70 et 80.

 

Jusqu’à présent, Björn, Benny, Agnetha et Frida avaient refusé un milliard de dollars pour reformer leur groupe légendaire.

ABBA revient, Mamma Mia !

A Stockholm, un musée est ouvert à leur gloire. Le film avec Meryl Streep et Pierce Brosnan ainsi que les comédies musicales qui racontent leur histoire connurent des succès énormes. ABBA apporte une pointe d’excentricité, ressuscite un peu de notre jeunesse partout dans le monde. De la Suède à la Californie en passant par la Bretagne et à peu près tous les pays, nous avons tous dansé sur les tubes d’ABBA et augmenté le son de nos télévisions, chaines stéréo et autoradios lorsque les deux couples magiques s’installaient derrière les micros. Peut-être que les pantalons pattes d’eph font sourire les plus jeunes aujourd’hui. Mais qu’importe, en ce temps-là, c’était la mode et nous en portions tous. Ce look ne nous dérangeait pas.

 

ABBA entretenait une atmosphère festive

 

Ils avaient remporté l’Eurovision en 1947 avec Waterloo. Un titre sans prétention, une musique entrainante, joyeuse, qui donnait envie de danser, de reprendre en cœur. Money, Money, Money, I Do, I Do, I Do, I Do, I Do, Dancing Queen et l’ensemble du répertoire d’ABBA confirmeraient cette signature en adéquation avec le temps des trente glorieuses, une période de liberté, de bonheur et de confiance dans l’avenir.

ABBA revient, Mamma Mia !

Raison supplémentaire de les aimer, leur soutien au Suédois Slim Borgudd qui pilota une ATS Formule 1 portant les couleurs d’ABBA lors de plusieurs Grands-Prix en 1981. Des membres du groupe apparurent sur la pit lane, contribuant à attirer l’attention de sponsors sur Slim. Le pilote était aussi musicien. Il avait joué avec  Bjorn Ulvaeus et s’était lié d’amitié avec lui.

 

J’ai eu la chance de voir Slim Borgudd au volant de l’ATS ABBA à Hockenheim. J’avais alors songé que les moteurs de Formule 1 émettent une mélodie à la fois harmonieuse et irrésistible comparable à la musique disco, Ceux qui vibrent aux rugissements en vroooaaaaarrrrr majeur d’un bolide de course et attendent de la musique qu’elle leur fasse plaisir sans autre prétention ne sauraient rester insensibles aux parallèles entre les deux disciplines. L’époque disco s’associait au mouvement, à la fête, aux couleurs vives, aux paillettes, au flashy... La F1 aussi !

 

Un nouveau chapitre de la saga ABBA

 

Le disco correspond désormais à une époque devenue vintage. Vintage et nostalgie s’associent naturellement. Nous n’aimons pas apprendre qu’un artiste que nous aimons passe à autre chose, qu’un champion que nous suivons prend sa retraite sportive, qu’une série télévisée captivante s’arrête, qu’un de nous groupes préférés se dissout. Parallèlement, les années passent, les envies évoluent. Le champion, l’artiste, le groupe qui infléchissent leurs trajectoires répondent à d’autres envies. Ils pensent parfois avoir exprimé le meilleur, craignent que l’âge, la fatigue ou la lassitude les rendent moins irrésistibles dans l’exercice que nous attendons.

ABBA revient, Mamma Mia !

Un retour ne décevra-t-il pas les supporters, les fans, les spectateurs ? La célébrité ne protège pas des outrages de l’âge. Nous changeons. Les personnes que nous suivions au temps de notre jeunesse aussi. Nous ne le réalisons pas lorsque nous les retrouvons régulièrement dans les médias. Mais ceux que nous n’avons quasiment pas revus pendant des décennies correspondent-ils encore à l’image que nos mémoires ont immortalisée ?

 

ABBA a trouvé la solution qui satisfera ses fans. Ils enrichissent leur production sans mettre en avant les traces du temps qui nous placeraient face au miroir de notre propre maturité. Les quatre membres du groupe se sont retrouvés en studio pour enregistrer deux nouveaux titres dont I still have faith in you. Cette chanson sera diffusée en décembre prochain lors d’un show télévisé produit par une chaine anglaise, la BBC, et une américaine, NBC. Björn, Benny, Agnetha et Frida apparaîtront à l’écran sous forme d’hologrammes ! Nul doute qu’ABBA fera l’événement musical de la fin de l’année 2018 !

ABBA revient, Mamma Mia !

Une suggestion pour terminer ? Et si après avoir soutenu un pilote en F1, ABBA contribuait à la promotion de deux jeunes suédois engagés dans une discipline qui monte, le Rallycross RX ? Je pense aux frères Timmy et Kevin Hansen bien sûr. Les joyeux rugissements des moteurs de leurs lionnes, des Peugeot 208 WRX, réjouissent les amateurs de sports mécaniques comme des chansons festives du groupe ABBA !

 

QUELQUES LIENS

 

Elio De Angelis, Beppe Gabbiani, Slim Borfgudd, des artistes rassemblés sur la piste en 1981 http://circuitmortel.com/2016/08/hockenheim-avant-au-temps-delio-de-angelis-de-beppe-gabbiani-du-groupe-abba-22/

 

Ronan, un jeune homme tout simple qui rêvait de grandes victoires http://bit.ly/2pXbeKh

 

Une interview vintage https://bit.ly/2rg25wp

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2018 1 08 /01 /janvier /2018 18:05

« Ce qui ne te tue pas te pousse à vouloir te venger », disait le grand-père du nouveau MacGyver.

 

Le style de déclaration qui me plait  et qu’approuveraient la plupart des héros de mes propres fictions, à commencer par David Sarel, Philippe Georjan, Jocelyn, Ronan (dit Ronnie)...

MacGyver reprend du service !

La plupart des téléspectateurs se souviennent du MacGyver des années 80, bricoleur de génie qui sortait des situations les plus périlleuses grâce à son ingéniosité. Il fabriquait des objets salvateurs improvisés en utilisant tout ce qui lui tombait sous la main.

 

Quand MacGyver s’inspire d’Alex Rider et  de James Bond

 

Le monde a changé depuis cette époque. La technologie a progressé de manière spectaculaire. La criminalité s’est adaptée. Le terrorisme s’est substitué aux méchants d’avant. Seule constante, au-delà de la diplomatie, des organisations reconnues, loin de ce que racontent des médias partisans, des officines plus ou moins officielles mettent les mains dans le cambouis. Certaines servent le bien, d’autres regorgent d’abominables méchants.

MacGyver reprend du service !

Le nouvel Angus MacGyver travaille pour la Fondation Phoenix. L’oiseau légendaire renaît de ses cendres plus fort qu’il n’a jamais été. La fondation au sein de laquelle œuvre Angus reproduit le processus. Se sentant grillée sous son enveloppe originelle dans le premier épisode de la nouvelle saison, elle disparaît et renaît à une autre adresse, prête à sauver le monde des pires dangers. Car s’il est permis de se demander si certains élus se soucient des peuples qu’ils représentent ou défendent davantage ceux d’autres intérêts – lobbies, religions, puissances financières – Phoenix ne saurait être suspectée de malversations. Elle défend les Américains, elle protège le monde.

MAC parachute

MacGyver reprend du service !

Angus MacGyver vit en phase avec le XXIème siècle et son métier d’agent secret. Titulaire de nombreux diplômes, astucieux, en grande forme physique, il sait jouer des poings à l’occasion. Il peut porter le smoking, le nœud papillon, se mettre en valeur à côté d’une somptueuse Mercedes 300 SL aux portes papillon ou sur un canot Riva. Il se révèle capable de transformer un morceau de bâche en parachute ascensionnel et de maîtriser l’engin. Un jeune James Bond qui rappelle également Alex Rider, le personnage d’Anthony Horowitz.

                    

Les rapports des personnages de fiction avec le temps

 

Une problématique complexe et toujours sujette à discussions. Quand j’étais enfant, la question se posait déjà de comprendre comment les membres du fameux Club des cinq avaient pu connaître autant d’aventures lors de vacances de Noël, de Pâques et d’été en ne vieillissant que de deux ans. Il est aussi permis de s’interroger sur les secrets de Michel Vaillant qui gagne encore au Mans alors qu’il doit avoir dépassé les soixante-dix ans.

MacGyver reprend du service !

Dans cette saison, non seulement MacGyver ne vieillit pas, mais il rajeunit. Lucas Till qui l’incarne désormais est plus jeune d’une dizaine d’années que Richard Dean Anderson lorsque ce derniel commença les tournages en 1985. Pourtant, l’histoire contemporaine ne précède pas le MacGyver historique. La technologie et les décors le prouvent.

MacGyver reprend du service !

Magie de la fiction ! Tout est permis dès lors que le téléspectateur trouve du plaisir. J’avoue avoir passé un bon moment devant ma télévision en visionnant les trois premiers épisodes sur M6 le vendredi 5 janvier. Peut-être le fait de ne pas avoir suivi beaucoup d’épisodes de la vie du MacGyver originel contribue-t-il à ne pas regretter les différences avec le concept d’origine. L’Angus contemporain travaille avec des équipiers. Il entretient une relation compliquée avec son père. Il a eu une petite amie, s’est senti trahi. Ses blessures et son sens de l’équipe le rendent humain, sympathique, attachant.

 

Nul doute que les diplomates labellisés bien politiquement corrects par des gouvernants en osmose avec les médias qui fabriquent leurs élections soulèveront des invraisemblances. Mais où est la vérité ? Bien sûr, aucun agent secret ne survivrait à autant de péripéties, d’autant qu’il serait vite abattu par des services ennemis. Mais ne boudons pas notre plaisir et profitions de ce que la télé fait de mieux, nous distraire !

MacGyver reprend du service !

Le MacGyver du XXIème siècle a réussi son retour sur M6 le vendredi 5 janvier  2018 ! Il a réuni 4.114.000 téléspectateurs et se classe second à l’audimat en prime time ce soir-là !

 

QUELQUES LIEN

 

Andrew et Garrett Foster, d’autres personnages particulièrement débrouillards à découvrir dans un film original http://circuitmortel.com/2017/09/overdrive-le-film-qui-surmultiplie-la-passion-de-la-vitesse/

 

Ronan (dit Ronnie), né pour devenir héros de BD http://circuitmortel.com/2016/08/la-course-de-cote-un-sport-de-combat/

 

David Sarel contre la marâtre qui aimait la galette http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/2016/01/la-maratre-aimait-trop-la-galette.html

 

Le Club des cinq à la télévision http://polarssportsetlegendes.over-blog.com/2017/08/le-club-des-5-sur-une-chaine-de-television-francaise.html

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 19:36

Une Facel Vega rouge dans le rôle du traîneau du Père Noël ?

 

L’œuvre d’Agatha Christie sera particulièrement à l’honneur en cette fin d’année.

Un crime de Noël inspiré d’Agatha Christie

Non seulement une nouvelle version du Crime de l’Orient-Express arrive sur grand écran avec des stars du cinéma contemporain (Kenneth Branagh, Johnny Depp, Michèle Pfeiffer, Pénélope Cruz), mais un Crime de Noël inédit apparaît dans les programmes de France Télévisions !

                      

Atmosphère, atmosphère...

 

Lorsqu’Agatha Christie créa Hercule Poirot, elle s’inspira du physique d’un Belge arrivé en Angleterre pendant la grande guerre. Hercule entamera ses premiers travaux sur le sol britannique en qualité de détective privé. A partir de 1920, Agatha deviendra sa biographe. Fut-elle renseignée par le capitaine Hastings ou recueillit-elle directement les confidences du propriétaire des géniales petites cellules grises ? Elle immerge  en tout cas le lecteur dans une atmosphère particulière qui a convaincu plusieurs générations. Quand j’étais enfant, je me rappelle ma mère achetant des romans d’Agatha Christie à mon père pour qu’il les lise à l’hôtel lorsqu’il partait en déplacement. Des années plus tard, je deviendrais moi-aussi un fidèle lecteur de l’œuvre de l’écrivaine anglaise.  Comme des millions d’autres, partout dans le monde et dans de nombreuses langues.

Un crime de Noël inspiré d’Agatha Christie

La série télévisée Les Petits Meurtres présente entre autres l’intérêt du renouveau car elle  transpose les intrigues imaginées par Agatha Christie dans une autre époque. Si Hercule Poirot ne tire sa révérence qu’en 1975, la plupart des adaptations télévisées et cinématographiques – en tout cas celles qu’il m’a été donné de visionner – l’installaient dans les années 20, 30 et 40. Merci à James Prichard, l’arrière-petit-fils de l’auteur, d’avoir accepté le projet de l’équipe qui fait vivre la nouvelle série à l’écran. Nous voici au cœur des sixties, en pleine période vintage, le temps d’un tourbillon de folie, d’espoir, d’enthousiasme, une ambiance où le bonheur paraissait possible, durable. L’époque où la Facel Vega avait sa place, tout comme d’autres voitures d’avant fournies par une association de propriétaires de véhicules anciens du Pas-de-Calais, Les Brigades de l’Aa. Sans oublier le scooter Vespa, des téléviseurs et d’autres objets d’avant la miniaturisation et le high-tech, des tenues inspirées de Balenciaga...

Un crime de Noël inspiré d’Agatha Christie

Ce que nous avons aimé dans l’œuvre de la Reine du polar est respecté. Le commissaire Laurence, l’enquêteur (interprété par Samuel Labarthe), affiche une élégance, une intelligence et une confiance en lui proche de l’arrogance que ne renierait pas Poirot. Certes, Marlène (Élodie Frenck)  et Avril (Blandine Bellavoir) ne ressemblent pas au Capitaine Hastings. Marlène, sorte de Marylin provinciale (en beaucoup plus attachante que le modèle), conquiert la sympathie des téléspectateurs faute du cœur de son commissaire. Avril, l’enquiquineuse en scooter, contribue aux touches d’humour qui assurent la légèreté de l’ensemble. La déduction et la psychologie pilotent l’intrigue sans scènes de violence et dans le respect de la langue française (à part quelques écarts d’Avril, inévitables compte tenu de sa personnalité). Le trio, bien rodé, fonctionne à merveille.  D’où le succès du concept qui compte 5 millions de téléspectateurs sur France 2 et  fut élu série préférée des Français en 2016 ! Les Petits meurtres triomphent à la télévision car, à l’instar des romans d’Agatha Christie, ils créent une atmosphère qui plait.

 

Le Père Noël assassiné                                                       

 

Une balle en plein cœur foudroie un Père Noël sur un marché de Noël. Voici le commissaire Swan Laurence chargé de résoudre l’affaire et d’assurer la protection d’une petite fille témoin du meurtre. On imagine sans peine Marlène émerveillée par les guirlandes, la neige, les sapins, les paquets cadeaux, les musiques et chansons de circonstance (Petit papa Noël... Mon beau sapin... Jingle Bells...), et le commissaire agacé par le folklore de la fête traditionnelle, rêvant de s’enfermer chez lui, de savourer son whisky préféré en écoutant de la musique classique. Quant à Avril, elle va mener une mission d’infiltration qui lui rappellera de mauvais souvenirs d’enfance.

Un crime de Noël inspiré d’Agatha Christie

L’aventure  fera-t-elle tomber des masques ? Le commissaire Swan Laurence jouera-t-il au Père Noël avec sa Facel Vega ? Les rapports des protagonistes avec Noël seront-ils bouleversés ? Les personnages déboucheront-ils le Champagne ensemble à la fin de l’épisode ? Partageront-ils un foie gras choisi par le distingué commissaire Laurence, une dinde aux marrons, une bûche au chocolat ? Suspens...

Un crime de Noël inspiré d’Agatha Christie

Nul doute que cet épisode des Petits meurtres nous réserve des surprises. L’équipe a d’ailleurs innové dans ses méthodes de travail. Le scénario n’est pas adapté d’un roman ni une nouvelle d’Agatha Christie. James Prichard a approuvé le projet. Ne cherchez  pas une ressemblance avec Christmas pudding ou Le Noël d’Hercule Poirot. Nous allons découvrir une histoire entièrement écrite par le scénariste Thierry Debroux dans l’esprit de la romancière. Un nouveau défi et, n’en doutant pas, une nouvelle réussite qui réalisera un carton à l’audimat ! Un cadeau de Noël pour l’équipe bourrée de talent qui nous permet de suivre ces Petits meurtres depuis 2013. Et si vous manquez la diffusion, inutile de vous désespérer. Les épisodes des Petits meurtres sont toujours rediffusés. Ils font partie des programmes que le téléspectateur a plaisir à voir et revoir.

 

QUELQUES LIENS

 

Noël, une période enchantée ? Nous le souhaitons à tous ceux que nous aimons. Mais parfois, la fête ne tient pas ses promesses. Je vous invite donc à découvrir DE TROP A NOËL, un feuilleton de Noël en six épisodes (accessibles gratuitement) :

Épisode 1 http://circuitmortel.com/2015/12/de-trop-a-noel-16/

Épisode 2 http://circuitmortel.com/2015/12/de-trop-a-noel-26/

Épisode 3 http://circuitmortel.com/2015/12/de-trop-a-noel-36/

Épisode 4 http://circuitmortel.com/2015/12/de-trop-a-noel-46/

Épisode 5 http://circuitmortel.com/2015/12/de-trop-a-noel-56/

Épisode 6 http://circuitmortel.com/2015/12/de-trop-a-noel-66/

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
21 novembre 2017 2 21 /11 /novembre /2017 16:20

De nombreux livres traitent de l’automobile dans tous ses états. Et comme la voiture n’est pas ingrate, elle rend parfois la politesse. Autrement dit, certaines autos ne se contentent pas de figurer dans les livres. Elles affichent les couleurs d’ouvrages ou de personnages de fiction.

Des voitures et des livres

A ce jeu, le visuel des bandes dessinées s’adjuge la position de pointe. Il y a 30 ans, un personnage peu sympathique apparaît sur les portières de la Renault R11 Turbo d’un pilote de Rallycross. Dans les albums de René Goscinny et André Tabary, le grand vizir Iznogoud rêve de devenir calife à la place du calife Haroun El Poussah. Le grand vizir, que le calife fort naïf appelle fréquemment  mon bon Iznogoud, n’est pas un homme honorable... Il fomente sans arrêt des plans machiavéliques dans le but de devenir le chef absolu de Bagdad. En vain. Nous sommes dans la fiction. La vilénie d’Iznogoud se retourne contre lui et ses complots échouent. Pas sûr que dans la vraie vie dont font partie les sports mécaniques, les tricheurs ne profitent pas de leurs forfaitures. Sur la R11 Turbo de Rallycross, le grand vizir promet un châtiment terrible à tout pilote qui essaierait de le doubler. Je vous rassure, aucun adversaire ne finit empalé par le méchant. Et pourtant, la R11 Turbo soutenue par Renault Angoulême qui œuvra pour le festival de la BD ne remporta pas toutes les courses, ce qui signifie que des rivaux osèrent défier Iznogoud. Ils ne prirent sans doute pas ses promesses de politicien au sérieux, cédant à l’humour de Goscinny transposé dans l’univers du Rallycross !

Des voitures et des livres

Quel auteur de fiction automobile n’a pas rêvé de voir ses héros  engagés dans une vraie course ? Guillaume de Saint-Pierre a approché ce rêve absolu. Le roman Pilotes de course est aussi le scénario d’un feuilleton télévisé qui fut diffusé à une heure de grande écoute sur Antenne 2 en 1975. L’intrigue tourne autour d’Alain Fory, un jeune pilote amateur plein de talent mais les poches vides. Il débute en rallye avec une Dauphine préparée par ses soins. Je ne dévoilerai pas la fin de l’histoire mais les lecteurs et téléspectateurs le verront associé à un grand pilote au Tour Auto. Le roman sort au moment de la diffusion du feuilleton, porté par les apparitions à l’écran des voitures que pilote Alain Fory dans la fiction. Soulignons que de nombreuses scènes de course furent tournées pendant des épreuves réelles. Au montage, scènes vécues sur le bitume et raccords furent assemblées avec talent. Ce feuilleton, réalisé avec des moyens limités, constitue un authentique exploit.

Des voitures et des livres

Plus fort encore, la performance du Team Graton et Cie qui crée, met au point et promeut la saison 2 de Michel Vaillant. Non seulement la Rebellion a couru Le Mans (et toutes les épreuves du championnat Wec) aux couleurs Vaillante, non seulement l’album sort au printemps dernier avant les 24 Heures du Mans, mais les auteurs connaissent si bien la course et ses coulisses qu’ils ont prédit le futur avec des dons de devins. Point d’imprécisions sujettes à interprétations comme chez Nostradamus ! Non, des faits de course et des incidents proches de ce qui s’est réellement passé sur la piste pendant cette course d’endurance disputée au rythme d’un Grand-Prix. Les Vaillante ont défendu les couleurs d’une marque de fiction, d’une série de BD, de la fiction automobile. Une consécration.

Des voitures et des livres

Flash-back quatre décennies en arrière pour conclure. Internet n’existe pas. Les chaines de télévision sont peu nombreuses (deux, puis trois à la fin 1972). Autrement dit, les informations sur la course automobile sont moins accessibles qu’aujourd’hui. Mais une maison d’édition, Gérard et C°, lance une collection, Marabout service, qui va combler les amateurs de compétition. Au programme, des biographies de pilotes, des histoires de marques, de modèles, de circuits, de courses, de championnats. Des chapitres de la bible de la course automobile qui vont nourrir la passion de générations d’amateurs de sports mécaniques. Cerise sur le gâteau, des partenariats  assurent la présence de la marque Marabout sur des bolides !

Des voitures et des livres

Non seulement les livres Marabout racontent des courses, mais des pilotes écrivent l’histoire automobile sur la piste. Qui se souvient des Opel Commodore et BMW 30 CSL Marabout ? Aujourd’hui, la marque Marabout existe toujours dans le giron d’un des poids lourds de l’édition. Des romans policiers l’utilisent. Pourquoi ne pas renouer avec les origines, les fondamentaux  de Marabout en publiant par exemple des polars dans l’univers des sports mécaniques ?

QUELQUES LIENS

                     

Quand le crime paye en sport automobile http://0z.fr/110Cx

 

Un roman dans l’univers du Rallycross (disponible en cette période où Noël approche) http://bit.ly/2hjfyxa

 

Un auteur obsédé par la fiction automobile http://bit.ly/2hg3Asx

 

Pilotes de course, un roman, un feuilleton télévisé écrits par Guillaume de Saint-Pierre http://bit.ly/ILXlVM

 

Rebellion, une voiture sur les pistes, une BD dans les rayons http://bit.ly/2uqFAaQ

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
2 octobre 2017 1 02 /10 /octobre /2017 18:07

Une région riche en traditions, une énigme sur fond de légendes locales, autrement dit un cadre idéal pour le scénario d’une histoire policière !

Les polars régionaux ont trouvé leur public, tant dans les salons du livre qu’à la télévision lorsqu’ils sont adaptés.

Meurtres en Auvergne, une recette gagnante !

MEURTRES EN AUVERGNE en a apporté la démonstration le samedi 30 septembre 2017. Le téléfilm de Thierry Binisti d’après un scénario d’Alexandra Echkenazi et Alexandra Julhiet, diffusé sur France 3, a remporté la course de l’audimat. Un défi difficile  face à une concurrence redoutable puisque le polar régional a dû affronter la finale de The Voice Kids, animée sur TF1 par Nikos Aliagas, et Les Années bonheur de Patrick Sébastien sur France 2. La preuve que les polars régionaux séduisent jusqu’au-delà des frontières de leurs terroirs dès que le public connaît leur existence. Ajoutons que la recette du mystère épicée d’un zest de légendes inquiétantes reste une valeur sûre.

Auvergne, menaces et légendes au cœur d’un polar cross-age

J’ai regardé MEURTRES EN AUVERGNE avec grand intérêt. Je connais la région pour y avoir séjourné à plusieurs reprises. Plusieurs sites présents dans le scénario me sont familiers, notamment Besse et le Lac Pavin.

Meurtres en Auvergne, une recette gagnante !

J’ai d’ailleurs écrit un polar teinté de fantastique dans ce cadre. Le Mont-Dore, la Vallée de Chaudefour, le Lac Pavin, la Tour d’Auvergne, le Lac de Servière, le Col de la Croix Saint-Robert accueillent les concurrents d’un rallye automobile. Une compétition à laquelle le jeune David est fier de participer en qualité de copilote de son parrain Éric. Mais voilà, le rêve se transforme en cauchemar lorsque des événements inquiétants s’abattent sur l’équipage aux côtés duquel embarque le lecteur... Un sorcier maléfique joue-t-il avec sa proie comme son chat avec une souris ? Des concurrents sans scrupules ont-ils commandité l’élimination - voire le meurtre – de l’équipage ? Les amis auvergnats de David et Éric comprendront-ils ce qui se prépare ? L’équipage sauvera-t-il sa peau au terme de cette course folle ? Un livre à découvrir (et pourquoi pas commander) ICI http://amzn.to/1jAhsoF

La Bretagne aussi

Autre région possédant une forte identité, une culture forte, la Bretagne ! Une terre de légendes, celle où je vis, celle où j‘écris, celle où je place la plupart des intrigues que j‘écris. Alors, si vous souhaitez retrouver David dans un polar pour adultes (sur papier), je peux même vous adresser un exemplaire dédicacé, cf  http://bit.ly/2hjfyxa

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0
28 août 2017 1 28 /08 /août /2017 18:38

Le Club des cinq, une série culte et classique de la littérature jeunesse, au moins pour ceux de ma génération, ceux qui usèrent leurs fonds de culottes sur les bancs de l’école primaire durant les sixties.

          

Les classiques ne se démodent jamais et celui qui les a lus une fois éprouve toujours un vrai plaisir à les redécouvrir. Lorsque le lundi 21 août 2017 en feuilletant le programme télé, j’ai vu que la chaîne 6ter diffusait le soir deux films adaptés de l’œuvre d’Enid Blyton, je m’en suis réjoui et je les ai préférés à toutes les autres propositions.

Le Club des 5 sur une chaîne de télévision  française

Sans fausse honte malgré mon âge d’aujourd’hui. Sans doute suis-je resté un grand enfant. Tant mieux. La faculté de me projeter dans des univers parallèles contribue à ma faculté d’écrire des romans et nouvelles, dont certains destinés principalement à la jeunesse. Quand j’étais gamin, ma génération traitait volontiers la précédente de croulants. Puisse l’imagination me préserver – au moins encore quelques années – d’être vu par les jeunes d’aujourd’hui comme un vieillard gaga. En tout état de cause, ceux qui snoberaient mon plaisir à suive un film destiné aux enfants ne sauraient m’ôter le bonheur ressenti devant mon écran !

 

Les aventures du Club des cinq, de vrais polars

 

Compatriote d’Agatha Christie et de Sir Conan Doyle, Enid Blyton a su accommoder tous les ingrédients d’authentiques polars. Les héros s’efforcent de dénouer une intrigue. Les fausses pistes risquent de les égarer et le méchant n’est pas forcément celui qui attire les soupçons à priori. Les héros se mettent en danger au cours de leurs enquêtes. Parfois, un tiers qui devient leur ami apporte une aide précieuse. Et surtout, l’auteur crée une atmosphère particulière qui enchantera les lecteurs – ou spectateurs – qui s’identifieront aux personnages.

 

Les héros principaux, deux frères d’âge proche, une sœur un peu plus petite, et leur cousine, du même âge que le frère cadet.  Sans oublier Dagobert, le chien le plus intelligent du monde. L’aîné se révèle le plus mûr et le plus raisonnable du groupe. La fratrie s’entend bien et l’aîné se montre protecteur avec ses cadets. La cousine se révèle plus sauvage au départ, mais son caractère s’adoucira au contact de ses cousins avec lesquels ellea noue une amitié très forte. Dagobert est son chien, ou plutôt, elle est son humain préféré pour toujours.

Le Club des 5 sur une chaîne de télévision  française

Les films diffusés par 6ter respectent globalement les personnages créés par Enid Blyton. La réalisatrice les a adaptés à l’époque contemporaine. L’environnement automobile des adultes intègre un Land-Rover à la place des grosses américaines noires qui plaisaient tant aux méchants avant. Les personnages utilisent désormais des téléphones portables et on verra Mick rouler sur un quad dans une propriété privée. Impossible dans les versions des années 60. L’adaptation ne choque pas. Pas plus que les petites modifications apportées aux caractères des héros.

Le Club des 5 sur une chaîne de télévision  française

J’avoue que mon préféré dans le Club des cinq était Mick. Je l’ai reconnu malgré ses chaussettes et une mémoire particulière qui n’était pas mise en avant dans les versions initiales de l’écrivaine anglaise.

 

Des valeurs réconfortantes

 

Le Club des cinq a toujours mis en avant des valeurs positives, l’amitié, la fidélité, la loyauté, la sincérité, le courage. Ses membres possèdent tous des cœurs aussi purs que le chien Dagobert. Des scènes touchantes soulignent la complicité de Mick et François. Tout homme aimerait avoir un frère comme eux. Toute femme serait enchantée de la présence dans sa famille de sœurs ou cousines ressemblant à Annie et Claude. Et quel commentaire concernant Dagobert, pensez-vous ? Un chien attachant et doté de toutes les qualités. Mais il est plus facile de trouver un compagnon aussi génial que Dagobert dans la gente canine que des frères, soeurs ou cousins aussi généreux que les humains racontés par Enid Blyton. Nos amis les chiens ne pensent qu’à nous rendre heureux et nous sommes toute leur vie. Les relations humaines se révèlent pus complexes et parfois moins durables. Car malgré l’arrogance des humains, les chiens nous sont supérieurs dans les qualités de cœur. 

Le Club des 5 sur une chaîne de télévision  française

Les personnages du Club des cinq sont-ils trop parfaits ? Personnellement, je ne le pense pas. Ils possèdent certes des qualités qui ne sont pas données à tout le monde, mais aussi des faiblesses et travers qui les rendent humains, crédibles. Vous le découvrirez en visionnant les films ou en relisant les romans. Certains détracteurs avanceront que les jeunes d’aujourd’hui ressemblent davantage aux vedettes de la téléréalité qu’à François, Mick, Claude et Annie. J’espère qu’ils se trompent. Ce serait affligeant. La solidarité des cinq contraste agréablement avec les trahisons qui constituent la base des jeux de la téléréalité. Le club des cinq dépassé face à une société qui a évolué ? Peut-être, pas partout, pas tout le temps cependant. La mesquinerie et la petitesse n’ont pas encore conquis toutes les relations humaines. S’entendre avec ses proches, agir avec eux dans le but d’aider des personnes qui le méritent et d’empêcher des individus néfastes de nuire, ces comportements ne sauraient se voir qualifiés d’obsolètes. Je conclurai qu’à mon humble avis, une bonne fiction, c’est tout simplement celle qui fait plaisir à ceux qui la découvrent ou redécouvrent. Au-delà des modes, indépendamment de tout snobisme ou dictature intellectuelle correspondant à une sorte de bien-pensance dont il serait impossible de s’écarter lors des dîners en ville.

Le Club des 5 sur une chaîne de télévision  française

Existe-t-il s’ailleurs une fiction jeunesse dont les adultes seraient incapables  de comprendre pas les codes ? Si certains livres et films s’adressent  à des personnes ayant acquis une certaine maturité, je ne suis pas certain que le contraire se vérifie. Une confidence de l’amie la plus proche de mon père pendant ses dernières années de vie, sans doute la femme la plus sincère avec lui à cette époque, s’est imprimée dans ma mémoire et me conforte dans cette conviction. « Ton père a été l’homme le plus remarquable que j’ai connu. Il se rappelait qu’il avait été un enfant et le racontait avec plaisir ». Quand je me replonge dans le passé jusqu’à mon adolescence et mon enfance, je me rappelle en effet qu’il rapportait avoir été un lecteur passionné des romans scouts, de la saga du Prince Éric par exemple, et qu’il partageait volontiers mes lectures de jeune, du Club des cinq à Tintin, des albums BD de Michel Vaillant et Jari au roman Formule 1 écrit par Jean Périlhon (cf http://bit.ly/1NBHjPr ). Sans doute que, « au-delà de nos différences », d’une mauvaise  personne qui nous ont éloignés, nous nous ressemblions « Sang pour sang » finalement. En tout cas, les fictions créent des occasions de partage entre les générations, elles provoquent des échanges, des rapprochements. Et des femmes respectables estiment que se rappeler son enfance fait partie des qualités les plus remarquables chez un homme adulte. Les fictions destinées à la jeunesse sont avant tout intergénérationnelles. Alors, chers amis lecteurs, pourquoi se priver de profiter à nouveau de celles qui nous ont enchantées lorsque nous étions à l’aube de nos existences ?

 

QUELQUES LIENS

Les films du Club des cinq sont disponibles en DVD https://www.amazon.fr/Club-Cinq-trilogie-p%C3%A9ril-pirates/dp/B00YO2VAAO

 

Que sont devenus les héros du Club des cinq ? Peut-être vivent-ils aujourd’hui dans l’univers rapporté ICI http://bit.ly/2fLTRHU

 

L’atmosphère automobile de romans d’avant (avec la grosse américaine noire des bandits dans les romans du Club des cinq http://bit.ly/2dN78Mk

 

Autre incontournable des enfants de 7 à 77 ans, Le journal de Tintin qui a 71 ans en 2017 http://bit.ly/2bYa2io

 

Ronnie, né pour devenir un héros de BD pour les jeunes de 9 à 99 ans (et plus) http://bit.ly/2bAFnbr

 

Thierry Le Bras

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de polarssportsetlegendes
  • : Vous aimez le suspense et le danger ? Vous considérez la compétition sportive comme un univers romanesque avec ses angoisses, ses héros, ses exploits, ses enjeux et ses tricheurs ? Vous êtes réaliste et vous savez que des vampires assoiffés de cupidité croisent quotidiennement votre route ? Vous savourez goulument la bonne cuisine, les jeux de mots, la musique vous met de bonne humeur ? Les polars et nouvelles de Thierry Le Bras sont faits pour vous !
  • Contact

Profil

  • polarssportsetlegendes
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession :  chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...
  • Mon nom : Thierry Le Bras. Profession : chroniqueur, écrivain, consultant. Ma passion, décrypter les mécanismes psychologiques qui animent les personnes les plus attachantes comme les plus dangereuses. Surtout dans des univers cyniques...

Recherche

Liens